Le Yoga d’Isabelle

Yoga et Méditation

Yoganice fait sa rentrée le 11 septembre

août20

Les cours reprennent au studio Yoganice, à compter du lundi 11 septembre.

yoganice_la_salle_de_pratique

Le planning des cours :

  • Lundi : 10h30-11h30
  • Mardi et/ou Mercredi : 18h30-19h30
  • Jeudi : 17h30-18h30
  • Vendredi : 12h30-13h30
  • Samedi et/ou Dimanche : 10h30-11h30

OBTENIR LES TARIFS ET LES CONDITIONS : ICI

Les vacances de Yoganice

juillet9

Yoganice prend ses quartiers d’été ! De retour en septembre !

yoga nice yoganice

Hommage à Shri Mahesh

juin30

DU 23 au 28 juillet aura lieu à Metz le congrès International du CRCFI (Centre de Relations Culturelles Franco-Indien). Une année particulière, car le CRCFI commémore les 10 ans de la disparition des Shri Mahesh, son fondateur.

yoganice yoga nice

A cette occasion, tous les intervenants du congrès partageront avec le public les souvenirs qui les rattachent à ce maître, initiateur du développement du yoga en France.

Des conférenciers tant indiens que français présenteront des thèmes liés à l’art et à la culture indienne, mais également aux sciences, à la philosophie, à la spiritualité, et au développement personnel, ainsi qu’à la pratique du yoga.

Pratique de yoga, yoga nidrâ et méditation par des professeurs formés par Shri-Mahesh. Les pratiques de Lav Sharma seront accompagnées par des instruments de musique indiens.

Les intervenants

Swami Suddhananda Il a étudié les Saintes Ecritures indiennes sous la direction de Swami Dayananda à la mission Chinmaya, en particulier sur Advaita Vedanta d’Adi Sankaracharya. Il est un maître érudit en Spiritualité et Vedanta et a écrit de nombreux ouvrages. Commentaire des trois premiers sutra de Patanjali : Le yoga toujours dans le respect du Soi

Catherine Dolto Médecin généraliste, hapto-psycho-thérapeute, et écrivaine spécialisée dans les livres sur la santé des enfants et utilise le théâtre dans l’art de la conférence avec Emma La Clown.

Amina Taha-Hussein Okada Conservateur général au musée national des arts asiatiques-Guimet, en charge des arts de l’Inde. Elle a publié des ouvrages sur l’art indien. Le prince Dârâ Shikôh – bel esprit œcuménique et tolérant, grand mécène également.

Docteur Jacques VIGNE Psychiatre de formation, diplômé de la faculté de médecine de Paris et essayiste. Il pratique la méditation et publie régulièrement des ouvrages.

Colette Poggi Docteur en philosophie indienne, écrivaine, elle enseigne le sanskrit ainsi que la pensée religieuse et philosophique de l’Inde. Shântarasa, la Saveur de l’Apaisement et ses résonances dans le yoga.

François LAPARRE Médecin généraliste, initié au hatha yoga par Shri Mahesh, pratiquant du yoga depuis de nombreuses années, il contribue à l’écriture et la publication d’articles dans la revue Yoga et Vie. Aperçu des textes de la spiritualité de l’Inde pour que celui qui a choisi la voie du yoga n’oublie pas les sources de son enseignement

Annie Chabot-Lacuisse Endocrinologue et nutritionniste libérale, médecin du sport et acupuncteur, elle a été initiée au yoga par Shri Mahesh. Découvrir son corps, l’espace dans lequel il se meut, et son être.

Lav Sharma Musicien, formateur en yoga de tradition Kaivalyadhama, Lonavla, spécialiste du yoga du son et conférencier en ayurveda. Aspects thérapeutiques du yoga et de l’ayurveda. Place de la spiritualité dans le yoga.

Pour plus d’information:

posted under Stages | No Comments »

Journée internationale du yoga 21 juin

juin15

yoga nice

Le yoga est une ancienne pratique physique, mentale et spirituelle qui trouve son origine en Inde. Le mot « yoga » provient du Sanskrit et signifie joindre ou unifier, symbolisant l’union du corps et de la conscience.

Cette discipline est aujourd’hui pratiquée sous diverses formes à travers le monde, et sa popularité continue de croître.

Reconnaissant sa popularité universelle, l’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 11 décembre 2014, par sa résolution 69/131, le 21 juin Journée internationale du yoga.

Pour rappel, le projet de résolution établissant la Journée internationale du yoga a été proposé par l’Inde et soutenu par un record de 175 États Membres. La proposition a été introduite par le Premier ministre Narenda Modi lors de la 69ème session de l’Assemblée générale, au cours de laquelle il souligna que « le yoga symbolise l’union de l’esprit et du corps, de la pensée et de l’action… une approche globale précieuse pour notre santé et notre bien-être. Le yoga n’est pas simplement qu’un exercice ; c’est un moyen de ne faire qu’un avec vous-même, le monde et la nature. »

La résolution souligne « l’importance des individus et des populations faisant des choix plus sains et suivant des styles de vie qui entretiennent une bonne santé ». A cet égard, l’Organisation mondiale de la Santé a également enjoint ses États membres à aider leurs concitoyens à réduire l’inactivité physique.

Mais le yoga est bien plus qu’une activité physique. Selon l’un des plus célèbres maîtres de pratique, B.K.S. Iyengar, « Le yoga cultive les moyens de maintenir une attitude équilibrée dans la vie de tous les jours, et développe la capacité à être performant dans nos actions ».

La Journée internationale vise à sensibiliser le public de par le monde aux nombreux bénéfices du yoga.

« Le yoga pour la santé »

Le thème de la Journée de 2017, organisée par la Mission permanente de l’Inde auprès des Nations Unies, est « Le yoga pour la santé ». Il met l’accent sur les effets positifs de la pratique du yoga, qui apporte à notre corps et à notre esprit l’équilibre dont ils ont besoin. Cette approche vis-à-vis de notre santé et de notre bien-être peut aussi avoir des effets plus vastes sur le monde qui nous entoure, sur nos proches, sur nos modes de vie et, enfin, sur notre développement durable et en harmonie avec la nature.


Événements

Des manifestations seront organisées à travers le monde pour célébrer la Journée internationale du yoga.

Près de chez vous :

Monaco : rassemblement de Yoga, le 21 juin 2017 sur les Terrasses du Casino de Monte Carlo, de 17h45 à 19h40. Plus d’infos : http://fr.montecarlosbm.com/actualites/yoga-solstice-monaco-2017/

Villefranche-sur-Mer : Cinéma plein air la Citadelle, de 8h00 à 11h00 – Pratique du Yoga, Méditation et Musique méditative. Organisé par l’association Saptak India. Renseignements et inscriptions : saptakindia@yahoo.fr

Nice : festival Breathe As One, Colline du Château le samedi 25 juin 9h-20h. Plus d’infos : https://breatheasone.eu/

posted under Evènement | No Comments »

Les origines du Yoga

juin12

Les origines du Yoga

Le mot « Yoga » vient d’une très ancienne racine sanskrite, « jug » qui signifie relier, joindre, unir, mettre ensemble, notamment le corps, le cœur et l’esprit. Tout le travail tend à unifier l’être humain en le mettant en relation avec son intériorité.

yoganice yoga nice

L’Inde est la terre d’origine du yoga : son histoire est étroitement liée à celle de la civilisation indienne. C’est une discipline élaborée depuis la plus lointaine antiquité pour aider les êtres humains à traverser la souffrance, et trouver l’unité et la joie dans leur corps et leur âme. Le yoga fait partie de l’un des six systèmes philosophiques majeurs de l’Inde. C’est un darsana, terme qui veut dire porter un regard sur le monde.

Les premiers textes qui l’abordent sont les Upanishads, conçus dans des écoles de sagesse qui se sont développées à partir du VII° siècle avant Jésus-Christ. Dans ces textes, les sages font part d’expériences d’immobilité méditative ou de l’attention portée au mouvement du souffle. C’est une conception très « mystique » des rapports entre le corps et l’esprit qui se développe.

Le yoga apparaît ensuite dans toutes les littératures spirituelles de l’Inde, où il désigne toujours des formes de discipline qui unissent le corps et l’esprit, l’homme et l’univers, l’humain et le divin… tout ce qui peut être « joint » pour procurer un état de bonheur, de plénitude ou de libération, rendant complémentaire ce qui peut sembler être opposé (le jour et la nuit, la lune et le soleil etc …)

Aux alentours de notre ère (IIème siècle avant et IIème siècle après J.-C.), une synthèse philosophique donne au yoga sa structure classique, au travers d’un ouvrage qui fait référence : les Yoga Sûtras, attribués à Patanjali.

Le yoga s’est diversifié selon les contextes dans lesquels il est pratiqué. On peut distinguer cinq grandes « voies ». Tout d’abord, il accompagne l’être humain dans sa vie quotidienne, en l’aidant à poser les principes de l’ « acte juste », ou « désintéressé » : c’est le karma-yoga, ou « yoga de l’action ». On le rencontre aussi associé à des courants religieux et spirituels, à l’intérieur de l’hindouisme ou du bouddhisme, où il permet de se rapprocher de la divinité : c’est le bhakti-yoga ou « yoga de la dévotion ». Il affine l’intelligence la plus subtile, celle des réalités considérées comme au-delà du naturel, et est alors appelé jnâna-yoga, ou « yoga de la connaissance ». Des recherches spécifiques concernant le corps, le souffle, les énergies,  ont été développés et nous ont donné la forme du yoga la plus connue et pratiquée en occident, le hatha-yoga. La cinquième voie regroupe les quatres précédents, c’est le raja-yoga, la voie royale où toute les possibilités de l’être humain sont réunies et explorées.

Aujourd’hui, les nombreuses traditions de yoga, qui n’ont cessé d’évoluer au fil des générations, continuent d’être très vivantes en Inde. Certains enseignants sont de véritables maîtres spirituels, d’autres sont simplement des professeurs de yoga, sans autre ambition que de proposer une hygiène psycho-corporelle adaptée à la vie actuelle. Souvent moins pratiqué qu’on ne le pense par les indiens, le yoga se développe de plus en plus, parfois comme une gymnastique qui a toujours fait partie de leur culture, à l’école notamment, ou bien comme une activité préventive à toute forme de maladie. Mais il faut souligner qu’ils sont nombreux à le faire dans une perspective spirituelle, pour se  » libérer  » des conditionnements de l’existence.

Source : Le Monde du Yoga

http://lemondeduyoga.org/

posted under Yoga | No Comments »

Le Yoga pour tous

juin9

FAUT-IL ÊTRE BLANC, SVELTE ET NANTI POUR FAIRE DU YOGA ?

Dans son livre «Every Body Yoga», la blogueuse et prof de yoga Jessamyn Stanley, 29 ans, prône une discipline moins consumériste et ouverte à tous.

yoga nice

Enseignante, lesbienne, noire et de grande taille, l’Américaine Jessamyn Stanley redéfinit les stéréotypes dans son domaine : le yoga. Sans le vouloir, elle a acquis ces dernières années une certaine renommée sur les réseaux sociaux via son compte Instagram, devenu viral. Elle publie ces jours-ci un ouvrage, Every Body Yoga qui prend position contre le culte de la performance et une tendance au formatage normatif qui considère le yoga comme du fitness, réservé à des corps toniques et à des femmes apprêtées qui s’abreuvent d’eau de coco. Bref, un idéal impossible à atteindre et souvent très éloigné de la réalité.

Elle écrit : «Tous les corps ont le droit d’être représentés sur le papier, pas juste les silhouettes élancées, féminines et blanches. J’ai écrit ce livre pour tous les gens gros, vieux ou exceptionnellement petits. J’ai écrit ce livre pour toutes les personnes qui sont complexées par leur corps.» Ce faisant, Jessamyn Stanley déplore la grossophobie en vigueur dans le milieu sportif qui culpabilise les personnes de grande taille comme étant peu souples ou pas assez musclées. Selon elle, les personnes racisées sont encore trop peu représentées dans cette pratique qui semble, de l’extérieur, réservée aux seules sportives issues de milieux privilégiés. Face au consumérisme qui encourage à s’abonner à des studios onéreux et à s’équiper de tout un tas d’accessoires, elle rappelle le mot d’ordre spirituel des gourous yogis : vivre au présent et s’éloigner des biens matériels.

A travers son parcours, Jessamyn Stanley précise que rien ne la destinait, a priori, à la pratique du yoga. La jeune femme a grandi dans une famille afro-américaine typique de la classe moyenne du sud des Etats-Unis. Scolarisée dans un milieu blanc et aisé, elle était souvent comparée par ses camarades, en raison de ses goûts, au gâteau Oréo : noire dehors et blanche dedans… Adolescente boulotte, elle se voit opposer un refus lorsqu’elle postule auprès de l’équipe des cheerleaders du lycée : «Je me sentais moche et rejetée», écrit-elle. Jessamyn Stanley explique qu’elle a ensuite commencé à manger, beaucoup et sans discernement, lorsque sa mère est tombée malade. La jeune fille suit son premier cours de bikram (un yoga à haute température) à l’âge de 16 ans et le vit comme «un enfer». Plus tard, elle aura souvent envie de pleurer quand elle ne parvient pas à faire certaines poses. «Je croyais vraiment que je n’étais pas digne d’un studio de yoga», écrit-elle.

Son livre décrit en détail les différents asanas ou postures à pratiquer selon sa morphologie. Et répond à des questions d’internautes, par exemple : «Que faire si je suis la personne la plus grosse en cours et que tout le monde me regarde ?» Si le studio que vous fréquentez n’est pas inclusif, explique-t-elle, pratiquez dans le lieu le plus «body positive» : chez vous. Les cours dispensés sur Internet comme sur le site Yogaglo constituent aussi une saine alternative au jugement d’autrui. L’essentiel, selon l’enseignante, étant de se concentrer sur «ce que je ressens» plutôt que «à quoi je ressemble ?». Le poids n’est pas une tare ni une maladie, tout comme le yoga n’est en rien un régime amaigrissant : «Si vous êtes grosse, faites de la place pour votre chair, elle a besoin que l’on s’y adapte !» 

Source : Libération. Par Clémentine Gallot

50 ans de yoga en France

juin1

ASSISES NATIONALES DU YOGA À TROYES
50 ans de yoga en France

Regard sur une philosophie qui se développe et sur des adeptes épanouis.

 

yogaLe yoga est une philosophie et non une religion, insiste Isabelle Morin Bardey, présidente de la Fédération nationale des enseignants de yoga (FNEY). Présents à Troyes pour les 24e Assises du yoga, 450 professeurs et adeptes de la discipline ont fêté les 50 ans de leur fédération. Une structure qui police solidement une pratique que l’État ne reconnaît pas officiellement. Une pratique qui nécessite, dans les écoles reconnues par la FNEY, les « EFY », pas moins de quatre années d’études avec cours d’anatomie, de psychologie, de philosophie, etc., avant de pouvoir enseigner.

Ils sont ainsi plus de 900 professeurs à enseigner sous l’égide de la Fédération une philosophie qui concerne des milliers d’adeptes et sans aucun doute de plus en plus.

Studieuses Assises

Les 24es Assises étaient au diapason de cette discipline exigeante, laborieuses et assidues. Pratique du yoga le matin, formations, ateliers, conférences avec des intervenants reconnus l’après-midi.

Le physicien Étienne Klein pour une réflexion sur le temps ; le psychanalyste et pédopsychiatre Philippe Jeammet sur la transmission ; le sociologue David Le Breton, professeur à l’Université de Strasbourg…

«  L’idée est d’inviter des gens qui n’ont pas forcément à voir avec le yoga mais au contraire des spécialistes qui vont nous éclairer, enrichir notre réflexion  ». À chaque jour son thème. Jeudi, réflexion sur le temps, vendredi sur la transmission…

Le corps et l’esprit

Car à côté de la pratique physique, le yogi est souvent un parfait érudit. La librairie les Passeurs de textes a installé pendant quatre jours une librairie éphémère au sein même du Centre de congrès. Elle a reçu un public de lecteurs formidablement averti et demandeur, explique Jean-Luc Rio.

La pratique physique compte autant que la connaissance, reprend Isabelle Morin Bardey. «  Le yoga est un système philosophique qui part du corps pour aller vers l’esprit  », reprend la présidente de la FNEY. «  Il y a cinq yogas majeurs, chacun est une porte d’entrée dans la pratique. Le premier est le yoga du corps, le hâta Yoga. Le second est le karma yoga ou yoga de l’action. Il y le jnana yoga, le yoga de la connaissance. Le quatrième est le bakti yoga, yoga de la dévotion. Et le cinquième est le raja yoga, qui rallie l’ensemble. »

À vous de choisir votre clé d’accès…

Trois questions à l’organisatrice des 24es Assises de Troyes

Pourquoi Troyes ?

« La ville offre plusieurs avantages. Le thème retenu cette année pour ces 24e Assises est « Le souffle du temps ». Le souffle et le temps au cœur de la pratique du yoga sont majeurs. Et cette ville historique qui porte la mémoire du premier roman en français est en même temps un lieu de foires internationales, croisement des pensées, des traditions, d’échanges. Symboliquement, c’est très fort. De façon plus pragmatique, le train, la proximité de la Belgique, les déplacements possibles à pied, la position centrale du centre… »

Comment le yoga est-il arrivé en France ?

« Les premiers jésuites vont en Inde, s’acculturent, ramènent des musiques, des textes… Il y a l’arrivée de nouveaux textes en début du XXe siècle. La traduction des grands textes indiens, la Gîta, les Upanishads. les Romantiques s’y intéressent… Mais le yoga dans sa pratique physique arrive en France entre les deux guerres. Sachant qu’en Inde, Sri Krishmamacharia le remet en mouvement à la même époque. »

Le yoga est associé à la santé ?

« Le yoga n’est pas une thérapie. Le yoga permet aux fluides de se remettre en mouvement et il y a là effectivement un effet sur la santé. Le yoga vous permet surtout de retrouver votre propre rythme… »

En savoir plus : http://yoga-congres.org/

Source : L’est éclair

posted under Evènement | No Comments »

L’association SOS Cancer du Sein organise, le samedi 27 mai 2017 à 9h30 dans le Jardin Albert 1er de la Promenade du Paillon à Nice, une séance de yoga géante.

mai18
 L’association SOS Cancer du Sein organise, le samedi 27 mai 2017 à 9h30 dans le Jardin Albert 1er de la Promenade du Paillon à Nice, une séance de yoga géante.
yoga-rose-sq
SOS CANCER DU SEIN NICE – Que vous soyez seuls, en couple, en famille ou entre amis, pratiquants ou néophytes, vous êtes conviés à partager un moment d’énergie positive, de bien-être et de lâcher prise, dans la bonne humeur. La seule consigne : être vêtu de Rose !
Le cours est dispensé par plusieurs professeurs de yoga professionnels.
La séance débutera à 10H00 et durera environ 1h30. Elle sera suivie d’un en-cas « bien-être» offert.
Le rendez-vous est donné sur place à partir de 09h30 près de la Fontaine des Tritons et du Carousel dans les jardins Albert 1er de la Promenade du Paillon.
Les participants doivent se munir d’un tapis de yoga et/ou une serviette et d’un tee-shirt rose.
Un tee-shirt rose sera offert sur présentation du billet aux 200 premiers arrivants.
A travers le Yoga Rose Géant, SOS Cancer du Sein souligne l’importance de pratiquer une activité physique régulière pendant et après la maladie.
Par cette initiative, l’association SOS Cancer du Sein  souhaite sensibiliser le plus grand nombre :
- à l’importance du yoga pour le bien-être physique et moral;
- à la prévention des cancers du sein et du col de l’utérus;
- à la nécessité de passer une mammographie tous les 2 ans pour se faire dépister.
Cet événement a lieu dans le cadre de la journée de la prévention organisée par la Ville de Nice et ses partenaires.
Inscription sur le site http://www.soscancerdusein.org
Le don participatif de 5 euros est destiné à soutenir les activités de SOS Cancer du Sein en faveur des femmes atteintes de cancers gynécologiques et de cancer du sein.
L’association SOS CANCER DU SEIN a été créée pour venir en aide aux personnes atteintes par le cancer du sein. Le soutien de l’association est destiné aussi bien aux malades qu’à leur entourage. Il se traduit par des missions d’écoute et de réconfort avec une ligne d’écoute téléphonique nationale 0811 69 04 34; de nombreuses activités de bien être physique et psychique, d’information avec le site internet www.soscancerdusein.org et la page www.facebook.com/SOS.Cancer.Sein; de sensibilisation et de prévention par de nombreuses actions.
SOS Cancer du Sein

Comment le yoga peut aider à « muscler » son mental

mai13

Aujourd’hui adoubée par la science occidentale qui lui reconnaît de multilples vertus, le yoga est bien plus qu’une simple gymnastique : la discipline agit dans la tête.

Il est sans doute en train d’arriver au yoga ce qui s’est passé pour la méditation. Pratiques ancestrales sœurs, issues de la même région du monde, elles sont aujourd’hui adoubées par la science occidentale, qui confirme toutes les vertus qu’on leur attribue depuis plus de 5000  ans. Aux États-Unis notamment, où le yoga est très populaire, les recherches se multiplient. Parmi les plus récentes, il a été montré que deux séances de yoga par semaine diminuent la fatigue et améliorent les fonctions sexuelles et urinaires des malades du cancer de la prostate sous radiothérapie.

Mais point besoin de souffrir d’une pathologie pour profiter des bienfaits de cette pratique physique qui allonge les muscles, modèle le corps et dé-stresse. Tous les pratiquants réguliers le savent: le yoga – on l’oublierait presque avec la mode actuelle des power et ashtanga yogas qui invitent à des enchaînements rapides de postures – n’est pas seulement une méthode pour transformer ses muscles ou son poids. Pratiquée régulièrement, elle a des effets sur la personnalité et la vie quotidienne.

yoga nice

«Ce n’est qu’au bout d’une année de cours particuliers que j’ai perçu des changements en moi , témoigne Pascale Leroy, auteur du manuel d’initiation Yoga en 21 jours (Leduc.s Éditions). Je suis allée voir mon prof et lui ai dit: “Je ne comprends pas ce qui se passe, je ne réagis plus du tout comme avant!” Il m’a regardée et m’a dit: “C’est normal, avec la pratique, nous avons “usé” ce qui est en trop.”» Pour celle qui, depuis, est devenue enseignante de yoga, tel est l’apport majeur de la discipline: «Nous alléger, nous “désencombrer” des pensées fausses, des idées toutes faites et des comportements erronés. Le yoga épure. Il le fait à travers un travail corporel permettant de sortir de réflexes conditionnés et le changement se fait alors même qu’on ne le pensait pas possible…»

Pour le pratiquant, un plus grand contact avec qui il est en découle. Emmanuel de Catuélan, professeur à Paris, rappelle d’ailleurs que, dans la tradition hindoue, tout comme la danse ou l’étude des textes, le yoga est une voie de connaissance de soi. «Ce qui importe est le ressenti de lui-même que chacun éprouve en prenant une posture», précise-t-il. «La proprioception, notamment, sorte de sixième sens qui permet de recevoir les informations internes du corps, se développe avec la pratique régulière. Peu à peu, l’élève devient de plus en plus observateur et plus à l’écoute, de l’extérieur aussi.» Pour ce professeur, il s’agit d’apprendre à «regarder autour, ouvrir son regard», et alors des sensations nouvelles peuvent se manifester… dans le corps mais aussi dans la vie. «L’intériorisation permet paradoxalement d’être plus naturel et spontané face aux événements incontrôlables.»

C’est là l’un des deuxièmes grands bénéfices de la pratique: elle permettrait de développer une certaine souplesse psychique. «Plus on se connaît, plus on accepte de s’abandonner à la posture et d’aller toucher certaines de nos limites», observe Pascale Leroy.

Croire que la pratique du yoga rendrait le caractère plus «mou» est une erreur. En réalité, si cette discipline amène souplesse physique et mentale, c’est toujours en invitant aussi à «tenir ferme sur son socle». «La régularité des séances, la persévérance vous mettent en contact avec votre axe, mais aussi vos appuis, explique Pascale Leroy. La couleur de votre humeur, ce qui est, là où vous en êtes à ce moment-là, c’est cela le point de départ à partir duquel une évolution devient possible.»

Ni totalement relâché ni trop tendu, l’élève apprend peu à peu dans la vie à «chercher le point de confort», affirment les habitués du yoga. Alors cette sensation d’assise confortable en l’instant peut aussi se diffuser dans l’existence. «Dans la pratique, comme dans la vie, il y a des hauts et des bas», rappelle Philippe Filliot, professeur de yoga à Reims et auteur du Yoga comme art de soi(Éditions Actes Sud). «En revanche, quelle qu’elle soit, la pratique élève, même quand on tombe. Qu’il vente ou qu’il pleuve, le fond du ciel reste là (…), les hauts et les bas n’ont dès lors plus aucune importance. Le yoga nous donne une boussole intérieure qui permet de ne pas se laisser emporter par eux et de les relativiser, les atténuer, les dépasser sans pour autant les nier, et donc de les traverser.» La confiance en soi, elle aussi, s’en trouve donc particulièrement grandie.

Source : Pascale Senk / Figaro Santé

3 bonnes raisons de pratiquer du yoga à l’extérieur

mars14

yoga nice yoganiceL’arrivée du printemps est l’occasion idéale pour profiter de la nature tout en travaillant ses positions de yoga.

Pour se reconnecter à la nature

Le yoga est une discipline qui, au delà du côté physique et musculaire, stimule tous les sens. Le pratiquer en pleine nature aide à réveiller encore plus l’odorat, la vue, et le toucher, augmentant ainsi les sensations bénéfiques. Même lorsque nous vivons à la campagne, profiter de la nature n’est pas toujours un réflexe facile à intégrer au quotidien. Au lieu de programmer une promenade, le simple fait de prendre l’air pendant la pratique du yoga aide à mieux respirer et à se sentir plus présent.

Pour le corps

Diminuer les risques de cancer, baisser la tension artérielle, améliorer la mémoire et l’attention, lutter contre le stress, gagner de l’énergie… de nombreuses études citées par Best Health Mag ont montré les bienfaits physiques liés à une activité sportive pratiquée en extérieur. Le corps se ressource plus rapidement, et la sensation de bien-être aide à rester en forme toute la journée.

Pour l’esprit

Lorsqu’on termine une séance de yoga par quelques minutes de méditation ou de relaxation, le fait d’être dans la nature accentue l’effet positif sur la diminution du stress. Le cerveau se détend plus facilement lorsqu’il est dans un cadre plus « vert », et l’organisme produit moins de cortisol, l’hormone du stress, que lorsqu’on est en ville ou dans une salle de sport.

Source : Santé Magazine mars 2017

« Older Entries