Le Yoga d’Isabelle

Yoga et Méditation

3 bonnes raisons de pratiquer du yoga à l’extérieur

mars14

yoga nice yoganiceL’arrivée du printemps est l’occasion idéale pour profiter de la nature tout en travaillant ses positions de yoga.

Pour se reconnecter à la nature

Le yoga est une discipline qui, au delà du côté physique et musculaire, stimule tous les sens. Le pratiquer en pleine nature aide à réveiller encore plus l’odorat, la vue, et le toucher, augmentant ainsi les sensations bénéfiques. Même lorsque nous vivons à la campagne, profiter de la nature n’est pas toujours un réflexe facile à intégrer au quotidien. Au lieu de programmer une promenade, le simple fait de prendre l’air pendant la pratique du yoga aide à mieux respirer et à se sentir plus présent.

Pour le corps

Diminuer les risques de cancer, baisser la tension artérielle, améliorer la mémoire et l’attention, lutter contre le stress, gagner de l’énergie… de nombreuses études citées par Best Health Mag ont montré les bienfaits physiques liés à une activité sportive pratiquée en extérieur. Le corps se ressource plus rapidement, et la sensation de bien-être aide à rester en forme toute la journée.

Pour l’esprit

Lorsqu’on termine une séance de yoga par quelques minutes de méditation ou de relaxation, le fait d’être dans la nature accentue l’effet positif sur la diminution du stress. Le cerveau se détend plus facilement lorsqu’il est dans un cadre plus « vert », et l’organisme produit moins de cortisol, l’hormone du stress, que lorsqu’on est en ville ou dans une salle de sport.

Source : Santé Magazine mars 2017

Cours de yoga : comment se déroule une séance ?

janvier3

Un cours de yoga dépend du type de yoga choisi mais également du professeur. De manière générale, chaque séance se compose de trois parties : les exercices de respiration, les postures, et la détente finale. Explications.

cours de yoga nice

Les exercices de respiration incontournables au début d’un cours de yoga

Dans un cours de yoga, la première étape concerne les exercices de respiration. Il s’agit du pranayama. Vous réaliserez très rapidement le lien très étroit qui existe entre le rythme respiratoire et le mental. Chaque pensée, positive ou négative, entraîne une modification du rythme. Dans la pratique du yoga, il est essentiel d’être toujours attentive à sa respiration. Cela permet de lâcher prise, de vivre l’instant présent et de lutter contre le stress . Pour y parvenir, il est indispensable de laisser la journée derrière soi. Vous allez donc pratiquer la relaxation en position couchée pour atteindre un niveau de calme intérieur, et ainsi favoriser l’apaisement du rythme cardiaque et de la respiration.

Place aux différentes postures !

Après le temps consacré aux exercices de respiration, vous passez à l’échauffement afin de réaliser différentes postures qui correspondent à la phase la plus longue du cours de yoga. Elles sont exécutées dans un certain ordre qui entraîne un recentrage et une harmonisation. Il est nécessaire de prendre un moment de décontraction entre chaque posture. Les asanas (les postures) permettent d’atteindre et de travailler toutes les parties du corps. Il faut toujours veiller à ne pas aller au-delà de ses limites pour ne pas se faire mal. L’avantage est que le professeur s’adapte au niveau de chacun. Il faut également savoir que certaines écoles proposent des groupes de niveaux. Les positions ont pour objectif un développement du corps, du mental et de la spiritualité. Certaines postures agissent aussi sur les glandes endocrines, et ont un effet régulateur. Dans le Hatha Yoga, la forme la plus populaire et la plus enseignée en Occident, la position la plus connue est celle du lotus. Dans tous les cas, il est essentiel de prendre votre temps pour bien effectuer les mouvements. Des positions mal faites peuvent vous blesser, et ne nous procureront aucun bienfait propre au yoga. Il est nécessaire d’être persévérant.

La détente finale d’un cours de yoga

Un cours de yoga s’achève systématiquement sur une détente de 10 à 15 minutes. La posture faite régulièrement est celle dite du cadavre. Ce nom vient du fait que la personne tente un relâchement total de chaque muscle, comme dans la mort. Il est important de conserver une immobilité absolue. Faire le moindre mouvement contracte à nouveau certains muscles et retarde la relaxation intégrale. Parvenir à un état de détente absolue n’est pas évident dans les premiers temps. Les débutants dans le yoga peineront à se sentir dans cet état, mais avec de l’entraînement, il faut savoir que la détente se produit de plus en plus facilement et rapidement. Mieux, elle gagne en profondeur. Lorsque l’exercice est terminé, il faut reprendre contact avec le monde extérieur. Vous devez vous remettre à bouger très progressivement.

Source : Flavie Duet – Biba

Prière Amérindienne

décembre27

amerindien yoga nice

« Que les étoiles emportent ta tristesse,

Que les fleurs remplissent ton coeur de beauté,

Que l’espérance essuie tes larmes pour toujours,

Et, par-dessus tout, que le silence te fortifie. »

Les bienfaits du yoga sur votre corps: comment cette discipline le transforme dès le premier jour

décembre18

La pratique du yoga en Occident est devenue une symbole de paix intérieure, de sérénité et de bien-être. Depuis le jeudi 1er décembre, le yoga a même été inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité. Plus de 20 millions d’Américains s’y sont mis, en France, il y aurait plus de 3 millions d’adeptes.

Cette activité est souvent citée en exemple pour sa propension à réduire le stress et améliorer le bien-être général. La recherche scientifique sur les bienfaits du yoga en est encore à ses débuts mais voici résumés en une infographie, les effets potentiels de cette discipline sur le corps et l’esprit.

yoga nice yoganice

Après le cours

Les fonctions cérébrales améliorées

20 minutes seulement de yoga hatha – une ancienne forme de cette discipline qui est centrée sur les postures physiques peut améliorer les fonctions cognitives, améliorer la concentration et la mémoire. Selon une étude de l’Université de l’Illinois, des participants ont bien mieux réussi des tests intellectuels après un cours de yoga en comparaison avec les mêmes tests réalisés après 20 minutes d’exercices d’aérobic.

 Des niveaux de stress plus bas

Le pouvoir du yoga sur le stress pourrait venir de sa capacité à atténuer l’activité des protéines connues pour jouer un rôle dans l’inflammation, selon une étude publiée en 2014 par des chercheurs de l’Université de Californie.

 Expression des gènes altérée

Selon une étude norvégienne, le yoga pourrait modifier la façon dont les gènes s’expriment dans les cellules immunitaires.

Améliorer la souplesse

Selon une étude de l’Université du Colorado, le yoga bikram – une forme de yoga qui consiste en un enchaînement de 26 postures pendant 90 minutes dans une salle chauffée – est liée à une plus grande souplesse des épaules, du bas du dos et du haut des cuisses.

Après quelques mois

Baisse de la tension artérielle

Les personnes souffrant d’hypertension peuvent voir leur condition s’améliorer grâce au yoga selon étude de l’Université de Pennsylvanie.

Capacité pulmonaire améliorée

Selon une étude publiée en 2000 par l’Université de Ball, la pratique du yoga hatha pendant 15 semaines pouvait significativement améliorer leur capacité pulmonaire (la quantité maximum d’air expiré après une grande inspiration).

Vie sexuelle améliorée

Une étude publiée par l’Université d’Harvard dans le Journal of Sexual Medicine a montré que pratiquer le yoga peut améliorer l’excitation, le désir, l’orgasme chez les femmes. Le yoga permet aussi aux femmes d’améliorer leur vie sexuelle en améliorant la connaissance de leur corps selon une étude publiée dans le Journal of Sex and Marital Therapy.

Réduction des douleurs chroniques du cou

Une étude allemande publiée dans le Journal of Pain a montré qu’une pratique de quatre semaines de yoga Iyengar est efficace pour réduire l’intensité de la douleur chez les adultes qui souffraient de douleurs chroniques au cou.

Soulagement de l’anxiété

Une étude de l’Université de Boston publiée en 2010 a montré que 12 semaines de yoga pouvaient aider à réduire l’anxiété et à augmenter les niveaux de gamma-aminobutyric (GABA) dans le cerveau. Des niveaux trop bas de GABA sont liés à la dépression et aux troubles de l’anxiété.

Soulagement des douleurs chroniques du dos

Les chercheurs de l’Université West Virginia ont montré que le yoga Iyengar était plus efficace pour réduire la douleur et améliorer l’humeur que les traitements standards pour les douleurs chroniques du dos.

Diminution du taux de sucre dans le sang chez les diabétiques

Le yoga, en plus d’un traitement adéquate, peut permettre de faire diminuer le taux de sucre dans le sang selon une étude de l’association Diabetes Care publiée en 2011. Selon Reuters, trois mois de yoga et un traitement peuvent contribuer à au moins stabiliser le taux de sucre dans le sang.

Équilibre amélioré

Pour les femmes de plus de 65 ans, la pratique du yoga iyengar permet d’avoir un meilleur équilibre selon une étude publiée en 2008 par l’Université de Temple.

Après des années

Des os plus solides

Une étude pilote menée en 2009 par le docteur Loren Fishman a montré que pratiquer le yoga pouvait améliorer la solidité des os des adultes. « Nous avons fait un scanner de la densité des os, ensuite nous avons demandé à la moitié des participants de se mettre au yoga pendant deux ans. Finalement, nous avons fait un nouveau scanner », explique Loren Fishman à nos confrères américains du Huffington Post. « Et non seulement ces personnes n’avaient pas vu leur densité osseuse diminuer, mais elle avait même augmenté, contrairement à l’autre groupe. »

Un poids de forme

Des chercheurs du centre anti cancer de Seattle ont trouvé un lien entre la pratique du yoga et une perte de poids – ou au moins un poids à l’équilibre parmi les 15.000 adultes qui participaient à l’étude.

Un risque moindre de développer un risque cardiaque

Le yoga en parallèle d’un mode de vie sain pourrait faire baisser les facteurs de risques cardiovasculaires comme la pression artérielle et le cholestérol selon une publication de Harvard.

Source : Huffington Post

 

Musique de yoga et de méditation par l’artiste Moby

décembre14

On connaît Moby l’artiste électro, on connaît moins Moby l’adepte de yoga et de méditation, fervent défenseur de la cause animale et vegan convaincu. A l’heure où le temps s’accélère, où le monde clignote 24 heures sur 24, Moby prend le contrepied. Le musicien américain a publié en 2015 un album de quatre heures, « Long Ambients1 : Calm. Sleep. », un monument de lenteur. Destiné à la relaxation et à la méditation, ce disque est téléchargeable gracieusement sur les principales plateformes de streaming.

À 98 ans, Täo Porchon-Lynch est la professeure de yoga la plus âgée au monde

décembre10
Täo Porchon-Lynch a commencé le yoga alors qu’elle était âgée d’à peine une dizaine d’années. Quelque huit décennies plus tard, elle continue d’enseigner la discipline sans faillir !

De plus en plus d’adeptes rejoignent chaque année les rangs de tapis de mousse des classes de yoga. Célébrités (désormais surnommées « yogalébrités », si, si…) ou anonymes, la pratique, dont les bienfaits se font sentir aussi bien au niveau du corps que de l’esprit, ne séduit pas seulement les jeunes générations. Et Täo Porchon-Lynch en est la preuve : la New-Yorkaise est la professeure de yoga la plus âgée au monde, et pour cause… elle a 98 ans et une pêche d’enfer ! Devenue un phénomène sur les réseaux sociaux (elle cumule plus de 17 000 abonnés sur Facebook), cette mamie pas comme les autres se fait connaître en 2012 après qu’un photographe, incrédule, l’a immortalisée faisant ses exercices dans Central Park. Les clichés ont fait le tour de la toile… Mais c’est surtout sa personnalité atypique qui a fait de Täo une sensation : la vieille dame, qui a toujours les ongles peints et porte de grosses boucles d’oreilles, affirme ne jamais boire de l’eau et ne jure que par le vin et le thé !

yoga nice yoganice

Un passage remarqué dans un télé-crochet américain

Sa passion pour le yoga est née dans son pays d’origine, l’Inde : à 8 ans, elle remarque un groupe d’hommes faisant des contorsions sur la plage. « Je suis allée voir ma tante et lui ai demandé « Est-ce que je peux me joindre à eux ? ». Elle m’a répondu : « Ce n’est pas un jeu, c’est du yoga et ce n’est pas pour les filles bien élevées ». Alors j’ai commencé à en faire », raconte-elle au New York Times. Une âme de rebelle, vous avez dit ? Aujourd’hui, Täo Porchon-Lynch assure ses 5 classes par semaine malgré 3 opérations de remplacement de hanche… Elle s’est même présentée en 2015 au télé-crochet America’s Got Talent où elle a donné une prestation de danse incroyable en compagnie d’un danseur âgé de 26 ans… Et comme elle le dit elle-même, « dans ma tête, j’ai toujours 20 ans, et je n’ai pas du tout l’intention de grandir ».

C’est ce qu’on appelle une mamie qui déchire !

Source : Biba.

Le Yoga classé au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO

décembre2
CINQ NOUVEAUX ÉLÉMENTS SUR LA LISTE REPRÉSENTATIVE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL DE L’UNESCO, DONT LE YOGA.

yoga nice yoganiceDakar, 1er déc  – Cinq nouveaux éléments ont été ajoutés, jeudi matin, à la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, suite aux décisions adoptées en Éthiopie par le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, qui siège jusqu’au 2 décembre, a annoncé l’organisme onusien en charge de l’éducation et de la culture.

Les 5 nouveaux éléments sont la fauconnerie, le Yoga, la fête de Khidr et l’expression des vœux, l’Almezmar (danse du bâton au son des tambours), le koures (lutte).

Le yoga, né en Inde et populaire dans le monde entier, a été inscrit jeudi sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par un comité spécialisé de l’Unesco réuni à Addis Abeba.

« La philosophie derrière la pratique ancienne du yoga en Inde a influencé de nombreux aspects de la société indienne », note dans un communiqué l’organisation de l’ONU pour la science et la culture, dont le siège est à Paris.

Pratiqué à « tous les âges, sans discrimination de sexe, de classe ou de religion », il « associe des postures, de la méditation, une respiration contrôlée, des récitations de paroles et d’autres techniques visant à épanouir l’individu, à atténuer les douleurs et permettre un état de libération », résume l’Unesco.

posted under Evènement | No Comments »

Le silence selon Yehudi Menuhin

décembre1

 » Le silence est une tranquillité mais jamais un vide ; il est clarté mais jamais absence de couleur ; il est rythme ; il est le fondement de toute pensée.  » Yehudi Menuhin

yoganice yoga nice

 

Ouverture d’esprit

novembre27

« C’est toi qui imprègne l’univers, et cet univers existe en toi. Ta vraie nature est pure conscience. N’aie pas l’esprit étroit. » Ashtavakra-Gita (800-400 AV. J.C.). Inde

« J’ai testé le yoga bikram: non merci! »

novembre25

Le yoga bikram se pratique dans une salle où la température dépasse les 40 degrés et le taux d’humidité les 35%. (Par Camille Moreau, journaliste à l’Express).

La chaleur n’a jamais vraiment été mon truc. D’ailleurs au-delà de 30 degrés, mon corps semble refuser le moindre effort et des plaques rouges apparaissent sur mon buste. Alors passer 90 minutes dans une salle dépassant les 40 degrés pour reproduire le climat cher à son fondateur l’Indien Bikram Choudhury ne m’emballait pas tellement. Mais curieuse de découvrir le yoga Bikram et surtout de tester ma résistance physique et mentale, j’ai finalement poussé la porte d’un centre du IXe arrondissement à Paris, persuadée que je ne tiendrai pas toute la durée de la séance.

yoga nice yoganice

Résister à la chaleur

Comme conseillé sur le site, j’arrive à la salle avec pour seule tenue de sport un legging léger et une brassière. Déjà un brin stressée par la température qui m’attend, je manque de faire demi-tour lorsque la professeure m’indique à mon arrivée que je vais ressentir des sensations de vertiges mais que « c’est normal, c’est le corps qui travaille, il ne faudra pas paniquer ».

La curiosité et l’envie de découvrir les bienfaits vantés par la discipline l’emportent, j’entre finalement dans les vestiaires où la chaleur frôle déjà les 30 degrés. Je m’habille en vitesse et c’est parti!

En entrant dans la salle, j’ai l’impression de pénétrer dans un hammam. Je préfère m’installer près de la porte, on ne sait jamais. La chaleur est intense. La plupart des participants sont allongés sur le sol pour habituer leur corps à la température de la pièce. Bonne surprise, la salle me paraît propre, le sol est duveteux mais dans une matière plastique qui paraît facile à nettoyer et il n’y a pas d’odeur de transpiration.

Pendant 25 minutes, on débute par des exercices de respirations qui vont aider à trouver un rythme calme et à supporter la chaleur sans suffoquer. En 10 minutes je suis en nage et complètement groggy, mais je m’accroche.

Durant les 65 minutes qui suivent, la professeure, perchée sur une estrade, nous guide dans les 26 postures du bikram qui s’enchaînent, tout en nous conseillant de boire régulièrement.

Souplesse et vide de l’esprit

J’ai plus l’impression de relever un défi que de pratiquer une activité sportive. Avec la chaleur, mon corps me paraît plus malléable et réceptif à la réalisation des différentes postures. Je gagne en souplesse, je m’étire. Ça fait du bien.

Autre effet du yoga Bikram, je ne pense à rien d’autre qu’à ma respiration et à rester calme. C’est donc un bon moyen de faire le vide. Cet état de concentration intense est dû à la température élevée qui place le corps dans un état second au cours duquel il lui est difficile de penser à autre chose qu’à sa résistance.

La séance se termine sur un enchaînement durant lesquels je peine à rester debout. Je suis vidée et ressens les fameux étourdissements dont me parlait la coach.

Le cours s’achève. En chuchotant, la professeure nous félicite pour « ce bel effort » et s’éclipse discrètement. On s’allonge, on récupère, on reprend peu à peu nos esprits et on quitte la salle à notre tour. Dans le vestiaire, le silence est de mise, chacun sort doucement de l’état d’endormissement provoqué par la chaleur.

Je prends le métro, toujours plongée dans cet état second. Je suis fière d’être restée jusqu’au bout. Défi relevé!

Une chaleur qui n’est pas sans risques

Plutôt emballée et fière de moi en sortant du cours, je dois avouer que j’étais alors à deux doigts de m’inscrire. Jusqu’à ce que le lendemain je me sente fatiguée, vaseuse et que je ressente des douleurs dans les jambes. Elles dureront près d’une semaine. Rien de grave, mais je cogite et m’interroge sur les risques de la discipline. S’imposer 90 minutes de chaleur intense dans une salle fermée avec peu d’aérations n’est-il pas sans risques pour le corps?

J’ai posé la question au Dr Michel Gaillaud. Ancien médecin chef de l’Olympique de Marseille. Il s’occupe de nombreux sportifs, dont certains médaillés aux Jeux Olympiques et s’intéresse plus particulièrement à la chronobiologie de l’effort.

Selon lui, le yoga Bikram est avant tout une discipline « marketing ». « Il n’y a pas d’élimination des toxines par la sudation, sinon, dans les zones tropicales, les gens ne seraient jamais malades », assure-t-il.

A mes interrogations sur les risques potentiels sur la santé, Michel Gaillaud m’explique que cette chaleur extrême est néfaste pour la circulation du sang mais peut également provoquer des troubles cardiaques. « La chaleur élève le rythme cardiaque. C’est un effort important pour le corps qui, si vous souffrez de problèmes de coeur, peut conduire à un arrêt cardiaque. »

Pour lui, cette manière de pratiquer le sport est illogique et néfastesur le long terme. « Le corps déteste les à-coups. Par exemple, lorsqu’un enfant a 40 de température et convulse, c’est parce que la température est montée trop rapidement. En restant 90 minutes dans une salle soumise à une chaleur extrême, vous risquez un coup de chaud qui se caractérise par une hébétude, des contractures, un comportement inhabituel, une soif importante ou encore l’envie de vomir », explique-t-il. Une consultation médicale préalable semble donc requise lorsque l’on souhaite se mettre à cette activité.

Bilan

Après réflexion, même si en sortant de la salle j’étais plutôt emballée par le fait d’avoir pu lâcher-prise et faire le vide pendant 90 minutes, les étourdissements et l’état second dans lequel je me suis trouvée durant le cours m’ont finalement effrayée. L’avis médical de Michel Gaillaud a confirmé mes réticences et m’a donnée envie de me tourner vers une pratique qui ne brusque pas mon corps de manière aussi violente. L’espace confiné associé à une chaleur oppressante, ce n’est finalement définitivement pas pour moi.

Source L’Express : http://www.lexpress.fr/styles/forme/l-avis-de-la-redac-j-ai-teste-le-yoga-bikram-non-merci_1853057.html

« Older Entries